Pourquoi je me suis abstenu sur l’engagement de la responsabilité du Gouvernement à la suite du discours de politique générale du Premier Ministre

13/06/2019

 

Cet après-midi, mercredi 12 juin 2019, je me suis abstenu sur l’engagement de la responsabilité du Gouvernement à la suite du discours de politique générale du Premier Ministre.
Pourquoi?


D’abord parce que, je reste constant dans mes positions. En 2017, au début du quinquennat, je m’étais déjà abstenu sur le même type de déclaration dans laquelle le Premier Ministre présente la politique pour laquelle il a été désigné par le Président de la République. Ce sont ses choix, ceux que le Président de la République a présenté pendant sa campagne électorale et pour lesquels une majorité de françaises et de français lui a fait confiance.
J’en partage certains, je suis opposé à d’autres.


Je suis dans l’opposition parce que je considère que le groupe parlementaire auquel j’appartiens correspond le mieux aux convictions qui sont les miennes et pour lesquelles je ne suis pas prêt de changer en fonction du résultat d’une élection même s’il a été mauvais pour mon groupe. Ces convictions elles sont avant tout humaniste, libérale, sociale et européenne et je les défends depuis le début de mon engagement public.


Mais, je considère qu’il ne m’appartient pas de me prononcer contre, ni pour une politique que la majorité des français ont choisi par leur vote lors d’une élection. C’est la raison de mon abstention.


Par contre, toujours conformément aux engagements pris pendant ma campagne électorale pour les élections législatives de 2017 et conformément à la confiance qui m’a été apporté par les habitants de la circonscription de Saint-Malo avec 56,7% des suffrages exprimés le 18 juin 2017, je travaille sans relâche à l’Assemblée nationale et en circonscription, comme je le fais depuis le début de mes mandats, les textes qui me sont soumis.


Je tente d’y apporter mes idées, je vote pour quand ils correspondent à mes idées, je vote contre ou je tente de les amender quand je ne suis pas d’accord.


Pour ce qui concerne la déclaration du Premier Ministre de ce jour, je partage:


- La baisse de l’impôt sur le revenu et notamment la baisse de la première tranche d’impôt concernant les foyers fiscaux les plus modestes.
- La réforme des retraites à venir mais je la discuterai point par point, métier par métier avec une pensée particulière pour les marins de notre pays.
- La reconduction des exonérations liées à la prime exceptionnelle de 1000€ dite « prime de pouvoir d’achat »
- l’accélération écologique et notamment toutes les actions en faveur de la suppression du plastique et des contenants en plastique. J’attends aussi du Président de la République qu’il tienne son engagement d’interdire le glyphosate en septembre 2021.
- Les mesures proposées pour la maitrise des flux migratoires.
- La dégressivité des allocations chômage et l’incitation au travail.
- Le vote d’ici fin 2019 d’une grande loi sur la prise en charge du vieillissement et de la dépendance.
- Toutes les mesures visant à soutenir les personnes en situation de handicap à condition que soit respecté leur condition et la nécessité pour certains d’entre-eux de bénéficier d’un milieu protégé.

En revanche je reste interrogatif sur:
-La mise en place de bonus-malus sur les contrats en cours dans 10 secteurs d’activité.
- La réforme des institutions car je reste attaché à l’équilibre constitutionnel mis en place par le général de Gaulle et qui depuis 1958 a permis à nos institutions de fonctionner même dans des situations atypiques (cohabitation...).
- La réforme des lois de bioéthique
- Les dépenses publiques qui ne cessent d’augmenter. Elles restent pourtant un élément déterminant pour sortir le France de la pression fiscale et sociale qui étouffe notre Pays.
- l’absence totale de politique familiale trop souvent négligée depuis 2012. Les conséquences en sont désastreuses sur notre démographie.
- l’insuffisance des mesures pour lutter contre les déserts médicaux, remettre a flot l’hôpital public et notamment trouver une solution à la crise des services d’urgence
- La méthode de travail du Gouvernement en général et de sa majorité; le mépris de l’opposition même quand ses propositions sont fondées et travaillées comme la proposition que j’ai faite pour les soldats envoyés en Algérie entre juillet 1962 et juillet 1964, d’abord refusée quand je la proposais et reprise quinze jours plus tard par le Gouvernement.
- Et surtout un catalogue de mesures proposées aujourd’hui par le Premier Ministre sans esquisser le moindre financement.

 

En conclusion je reste sur la ligne de conduite qui a été la mienne depuis 2012.

 

Bien qu’étant dans l’opposition, quand les lois me paraissent bonnes je les vote, quand elles sont mauvaises je tente de les amender ou je m’y oppose. C’est l’engagement que j’ai pris devant mes électeurs et y je m’y tiens.


C’est dans cet esprit que je me suis abstenu ce mercredi 12 juin 2019

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload