J’ai voté pour la proposition de loi visant à prévenir les violences lors de manifestations et sanctionner leurs auteurs, dite loi anticasseurs

17/02/2019

J’ai voté « pour » la proposition de loi visant à prévenir les violences lors de manifestations et sanctionner leurs auteurs dite « loi anticasseurs ».

 

D’abord parce que je constate que depuis plusieurs mois la violence s’impose de plus en plus dans les manifestations. Nous l’avons constaté à l’occasion des manifestations du 1er mai 2018. Nous le constatons tous les samedis depuis le début du mouvement des gilets jaunes au mois de novembre dernier ; Toutes les manifestations sont polluées par des groupes violents et, depuis le début, nous comptabilisons 1800 blessés chez les manifestants et 1200 chez les policiers. En d’autres termes, allons-nous supporter encore longtemps que des personnes violentes qui n’ont rien à voir avec les gilets jaunes et qui ne sont animés que par la seule volonté de casser, de piller et de se heurter à des policiers, viennent polluer les manifestations. A travers l’action de ces « casseurs » c’est la liberté de manifester pacifiquement comme le fait le mouvement des gilets jaunes, comme l’ont fait les syndicats le jour de la manifestation du 1er mai, qui est en cause.

 

Sur le fond, l’article 2 prévoit que l’autorité administrative, c’est-à-dire les préfets pourront désormais interdire de manifestation les personnes qui se sont délibérément livrées dans le passé à des atteintes graves à l’ordre public. Ce pouvoir donné aux Préfets reste très encadré et ne concerne que les personnes identifiées comme ayant procédé à des actes de violences vis-à-vis de personnes, à des atteintes aux biens, à des pillages. Ces personnes conservent la possibilité de faire un recours en référé devant la juridiction administrative et leur recours devra être jugé sous 48h.

 

Sur l’intention de dissimuler son visage, le texte en fait un délit. Pour ce qui me concerne, je pense qu’une personne qui n’a rien à dissimuler ne cache pas son visage. Ce nouveau délit de dissimulation permettra demain d’identifier les casseurs et de les interpeller.

 

Je reconnais avoir beaucoup hésité jusqu’au moment du vote tant je souhaitais m’assurer qu’il n’y aurait pas atteinte aux libertés publiques. Mais, le choix de perturber une manifestation, de l’empêcher de se dérouler normalement et pacifiquement n’est-il pas lui –même une atteinte aux libertés publiques ?

 

Je l’ai dit à plusieurs reprises au cours de mes interventions publiques, je n’accepte pas que des citoyens puissent s’en prendre à la police, aux pompiers, aux forces de sécurité. Je tiens à ce que cette liberté publique qu’est le droit de manifester soit préservé. Aujourd’hui ce droit est menacé par la violence de certains et il nous faut mettre un terme à cette situation. Sans cette liberté de manifester il n’y a plus de démocratie et sans démocratie il n’y a plus de République. Les évènements vécus ce samedi 16 février 2019 à l’occasion du 14ème weekend de manifestations, le caillassage insoutenable d’un véhicule de police et les insultes antisémites  insupportables proférées à l’encontre d’Alain FINKIELKRAUT démontrent s’il le fallait, que nous ne pouvons laisser de telles situations se reproduire et, en conséquence, interdire de manifestations les personnes à l’origine de tels actes.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload