Billet sur notre politique familiale

06/01/2019

Samedi 15 décembre 2018: Inauguration d’une crèche inter-entreprises « Les Petits Pirates » à Dol-de-Bretagne. Une collaboration exemplaire entre la Communauté de communes Dol-de-Bretagne -Baie du Mont-Saint-Michel et les entreprises du Pays de Dol à l’initiative de cette création. 


Nous avons la chance de bénéficier dans notre pays d’une politique familiale qui a fait ses preuves et qui nous est enviée par de nombres autres pays. Mise en place par le Conseil national de la résistance en 1945 avec la création des allocations familiales attribuées aux familles avec enfants sans conditions de ressources, cette politique a permis à notre pays de bénéficier pendant plusieurs décennies d’un taux de natalité positif. Grâce aux allocations familiales, les familles avec enfants ne doivent pas voir leur pouvoir d’achat diminuer par rapport aux familles qui n’en ont pas. Cette redistribution horizontale obéit à une logique implacable: demain ces enfants quand ils deviendront actifs, financeront par le biais de notre système de retraite par répartition, les pensions de tous les retraités y compris ceux qui n’ont pas eu d’enfants. 


Cette politique familiale fait partie de mes convictions mais aujourd’hui, depuis maintenant six années, elle est profondément mise en cause par les gouvernements successifs et de nombreux coups de rabots ont contribué à diminuer le pouvoir d’achat des familles et à compliquer leur vie quotidienne: abaissement successifs du plafond du quotient familial, mise en cause de l’universalité des allocations familiales, baisse drastiques des aides à la garde d’enfants ... et j’en passe. Chaque budget depuis 2012 a été marqué par une atteinte à la politique familiale et depuis 2012 c’est plus de 5 milliards d’euros qui ont été retirés aux familles tout simplement parce que la politique familiale a trop souvent servi aux gouvernements successifs de variable d’ajustement budgétaire. Un raisonnement à courte vue: Aujourd’hui les résultats sont là: depuis maintenant quatre années nous voyons pour la première fois notre taux de natalité diminuer. En 2017 nous avons enregistré 50000 naissances en moins et cette politique familiale pourtant exemplaire est gravement menacée. Un pays qui ne renouvelle plus ses générations est un pays qui court à sa perte. 


Pour autant, tout en affirmant mon attachement à la politique familiale voulue par le Conseil national de la Résistance, je suis de ceux qui pense que nous devons aussi savoir la faire évoluer en fonction des nouveaux modes de vie, de l’évolution de la composition des familles et surtout de cette volonté voir de cette nécessité, qu’ont les deux membres du couple ou les personnes seules des familles mono-parentales de pouvoir exercer une activité professionnelle. Il nous faut aujourd’hui savoir concilier vie familiale vie professionnelle, je dirai même, il faut que ce soit la vie professionnelle qui s’adapte à la vie familiale et non plus l’inverse comme c’est encore trop souvent le cas.

 

Pour cela il nous faut créer de nouvelles places de crèches et l’initiative de Dol-de-Bretagne de travailler cela avec les entreprises doit faire exemple dans tout le pays car nous voyons bien que, seules, les collectivités locales ne parviennent plus à en assumer tous les coûts. Il nous faut aussi diversifier les modes de garde, les adapter aux horaires de travail des parents, faciliter les regroupements d’assistantes maternelles qui se sentent, trop souvent, isolées dans leur travail, leur donner les formations dont elles ont besoin, assouplir les normes draconiennes et souvent contradictoires en fonction des territoires qui empêchent la création de nouvelles places de crèches, permettre aussi aux enfants en situation de handicap ou aux enfants des familles les plus en difficultés d’avoir accès à des places de crèches. 


Toutes ces propositions, je les ai développées dans un rapport sur la politique familiale qui jusqu’à présent n’a pu être rendu! Oui, plus que jamais, nous devons redonner à notre politique familiale tout son sens. C’est ma conviction et je continuerai à la défendre avec détermination.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload