Pour une véritable politique de la mer dans notre Pays

17/04/2017

 

Avec un domaine maritime de 11 millions de km2, notre Pays dispose d’un véritable potentiel de développement qui  représente 69 milliards d’Euros et plus de 300 000 emplois directs. La Bretagne à elle seule en compte 60 000. Mais ce potentiel n’est pas suffisamment exploité et les gouvernements qui se succèdent ont trop longtemps négligé la politique de la mer dont notre Pays a besoin.

 

Mais il faut aller plus loin. Je souscris à la proposition visant à organiser le plus rapidement possible des Etats Généraux de la Mer pour refonder les politiques de la pêche et de l’aquaculture.

 

En effet la pêche est une filière créatrice d’emploi mais elle rencontre des difficultés pour renouveler ses effectifs. Des bateaux restent à quai faute de pêcheurs pour compléter les équipages. Si le métier reste dur, il a pourtant beaucoup évolué, les rythmes des marées se sont assouplis, le confort des bateaux ne cesse de s’améliorer et les salaires sont bons

 

Je propose de mieux promouvoir les métiers de la pêche dès le collège et de faciliter la découverte du métier de pêcheur pour les personnes en reconversion professionnelle.

Faciliter les conditions d’embarquement des mineurs. J’ai initié, au cours de ce quinquennat, avec la Ministre du Travail la simplification des conditions de jeunes apprentis ou stagiaires à bord des bateaux de pêche et un décret doit prochainement être publié.

 

Le brexit doit aussi nous conduire à défendre de façon plus audacieuse les intérêts de la pêche française. Tous les chalutiers hauturiers de haute Bretagne dépendent d’une partie des eaux britanniques avec pour certains navires une activité de plus de 80% réalisée dans ces eaux. Nous devons préserver ces droits notamment pour certains armements de Saint-Malo qui sont directement concernés.

 

Je défendrai :

Le maintien des quotas et des accès aux zones de pêche

La stabilité des marchés

Le maintien de nos droits historiques dans les eaux territoriales britanniques

Les conditions de débarquement des captures dans les ports britanniques et leur transport en France

 

A Saint-Malo nous avons la chance de bénéficier d’un port de pêche dynamique avec de jeunes entrepreneurs. La pêche malouine représente le deuxième pilier du port de Saint-Malo. La performance des navires a permis l’installation de plusieurs jeunes armateurs et la construction de navires neufs

 

Je veillerai à ce que les équipements portuaires suivent cette dynamique afin que soit développé les services aux entreprises de la filière et qu’une meilleure cohabitation puisse être organisée entre les différents usagers du port.

 

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload