Baisse de la natalité: Le Gouvernement porte une lourde responsabilité

20/01/2016

Le bilan démographique annuel dévoilé mardi par l'INSEE n'est pas une surprise et j'ai eu à de nombreuses reprises l'occasion, depuis des mois, d'alerter le Gouvernement sur la baisse de la natalité.

 

Avec 19000 naissances en moins en 2015, nous enregistrons la première baisse de la natalité depuis 1999. Lorsque j'ai interpellé la Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes à l'occasion de la discussion sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale au mois d'octobre, elle m'a répondu qu'il n'y avait pas baisse de la natalité mais baisse du nombre de femmes en âge de procréer.

 

J'entends cet argument. Mais il est une raison de plus pour accentuer notre politique en faveur de la famille et soutenir les femmes qui veulent avoir des enfants.

 

Depuis 2012, le Président de la République et son Gouvernement font tout le contraire! Réduction de plus de 300€ du quotient familial, réduction de la prestation d'accueil jeune enfant en 2013. Elle ne sera plus versée pour 51000 familles. Avec la modulation de cette aide en fonction des revenus, ce sont 240000 familles qui seront perdantes. Prime de naissance divisée par deux ce qui exclut de ce dispositif environ 1500 ménages par mois et, fin 2014, modulation du montant des allocations familiales avec près de 500000 familles touchées et près de 800000€ qui leur seront retirés en année pleine.

 

Certes les femmes ne font pas des enfants pour percevoir des allocations. Ce serait extrêmement préjudiciable au bonheur de l'enfant. Mais je demeure convaincu que toutes ces mesures conduisent de nombreux ménages à renoncer à leur projet d'enfant.

 

Les Françaises et les Français sont attachés à leur protection sociale, attachés à une politique familiale qui a fait ses preuves depuis 70 ans. Elle fait notre fierté et elle nous est enviée par de nombreux pays européens.

 

 

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload