Le député Gilles Lurton retourne sur les bancs de l'école // Ouest France

15/03/2016

Il a rencontré les élèves de cours moyen de Laurent Hercouët pour préparer leur proposition de loi sur l'agriculture et l'alimentation dans les cantines.

 

 

 

 

Souvenirs, souvenirs ! Le député d'Ille-et-Vilaine, Gilles Lurton, n'a rien oublié de son passé d'écolier. À peine arrivé à l'école publique de Saint-Lunaire, en ce lundi matin, en compagnie de son assistant Christian Avril, il se débarrasse de sa gabardine pour l'accrocher aux patères du couloir, comme le font tous les écoliers.

 

Plaisanterie mise à part, c'est une rencontre officielle qu'effectue là l'élu du peuple, venu répondre aux sollicitations des élèves de cours moyen de Laurent Hercouët, classe retenue cette année pour participer à l'opération annuelle Le Parlement des enfants (21e édition).

 

« L'objectif de cette rencontre est d'échanger avec les élèves sur le rôle de l'Assemblée nationale, et de préparer leur proposition de loi qui sera adressée en fin de semaine prochaine au directeur académique. »

Compte tenu du contexte actuel, les élèves ont décidé de travailler plus particulièrement sur l'agriculture et l'alimentation dans les cantines.

Pour cette occasion, André Cordier, le responsable de la cantine, se joint à cet échange. Un rendez-vous hélas manqué par Anthony Josse, agriculteur, retenu par un emploi du temps chargé.

 

Un projet étudié depuis décembre

 

C'est un peu avant Noël que Laurent Hercouët et ses élèves ont décidé de lancer ce projet. Les jeunes Lunairiens sollicitent le député pour qu'il défende leur proposition de loi, visant à limiter l'émission des gaz à effet de serre issus de l'agriculture, en diminuant la consommation de viande et en proposant une alimentation plus respectueuse de l'environnement dans les restaurants scolaires.

 

« On n'hérite pas de la terre de ses ancêtres, on l'emprunte à ses enfants », indiquent David, Maxime, Nathan, Ahna, Evan, Katell, Marius, Edwina, huit des 26 élèves de la classe, en exposant les motifs de leur travail.

Article 1 : un jour dans la semaine, chaque restaurant scolaire propose un repas végétarien. Article 2 : pour les autres jours, la viande et les oeufs proviennent d'élevages en plein air. Article 3 : une taxe sur les pesticides et les engrais chimiques est reversée aux agriculteurs bio qui approvisionnent les restaurants scolaires.

 

Pourquoi vouliez-vous être député ?

 

« Chapeau ! Vous avez fait là un excellent travail, je vous félicite, lance Gilles Lurton. Vous avez tout compris de la manière de présenter une proposition de loi. Celle-ci me semble intéressante, d'autant qu'elle ne suscitera pas de nouvelles dépenses de l'État. Il ne sera donc pas utile de gager cette proposition, c'est-à-dire de chercher des recettes pour compenser les dépenses. »

 

S'en suivent, alors, de longs et fructueux échanges entre les écoliers, le député et le cuisinier du restaurant scolaire. Les doigts se lèvent pour poser les questions.

 

Et, tel le président de l'assemblée sur son perchoir, Gilles Lurton donne la parole à chacun, à tour de rôle, pour éviter la cacophonie que tout député est amené à connaître lors des séances parlementaires.

 

Pourquoi vouliez-vous être député ? Est-ce facile ? Pourquoi aimez-vous ce métier ? Avez-vous un endroit à Saint-Malo pour travailler ?

 

« Tout ceci fait que j'aime ce travail, il me permet d'être près de la population. Cela me conforte dans l'idée de me représenter en 2017, j'ai encore beaucoup de travail à faire, confie Gilles Lurton. Pour être député, il faut savoir bien écrire. C'est donc maintenant à vous de bien travailler. Quant à votre projet, je ferai tout pour le défendre. S'il est retenu, j'en serais extrêmement fier. »

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload