Réaction suite au vote de la prolongation de l'état d'urgence

19/11/2015

J’ai voté pour la prolongation de l’état d’urgence pour une durée de trois mois à compter du 26 novembre 2015.

 

Dès lundi, à l’issue du Congrès de Versailles, j’ai fait part de mon soutien aux mesures annoncées par le Président de la République : à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Les Français nous demandent d’assurer leur sécurité et il est de notre devoir d’utiliser pour cela les dispositions de la loi de 1955 sur l’état d’urgence qui offre au Préfet diverses possibilités à son appréciation : interdiction de circulation dans certaines zones, fermeture de lieux de réunion, annulation de rassemblements pouvant être source de désordre, perquisitions à toute heure ou encore assignations à résidence pouvant être prononcées par le Ministère de l’Intérieur.

 

Ce matin dans l’hémicycle, nous avons non seulement prolongé mais aussi renforcé l’état d’urgence en étendant à 12 heures par jour la possibilité d’astreinte à domicile alors que le projet de loi initial prévoyait 8 heures. Nous avons également adopté le blocage des sites internet liés au terrorisme et la possibilité pour un policier national de conserver son arme même en dehors des heures de service. De même, nous avons voté le recours au bracelet électronique pour les individus assignés à résidence condamnés pour acte de terrorisme, sous réserve du consentement de la personne. Sur ce dernier point, avec mon groupe « Les Républicains », nous avons combattu cette réserve.

 

Je regrette néanmoins que nous ne soyons pas parvenus à un accord afin que les policiers municipaux puissent procéder à des contrôles d’identité. Cette situation est pour moi incompréhensible quand on sait que de nombreuses professions ont le droit de demander à tout citoyen une pièce d’identité. Les faits de ces derniers jours auraient, selon moi, rendu cette disposition nécessaire.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload