Audition de Didier MIGAUD, Président de la Cour des Comptes sur la situation des Comptes de la Sécurité Sociale

29/09/2015

Comme tous les ans à la même période, nous avons auditionné en Commission des Affaires Sociales le Président de la Cour des comptes sur la situation des comptes de la Sécurité Sociale.

 

Un indicateur précieux pour nous orienter sur les orientations que nous aurons à prendre dans les prochains jours sur le Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016.

 

Pour autant, la présentation qui nous a été faite par Monsieur MIGAUD montre une dégradation importante des comptes de la Sécurité Sociale. Un déficit supérieur aux prévisions de 7,1 milliards d’euros, un retour à l’équilibre repoussé à une date ultérieure sans que nous puissions savoir jusqu’où elle nous mènera. Pas de réponse de structure de ceux qui nous gouvernent, hormis un Projet de loi portant réforme de notre système de santé censé, selon Madame TOURAINE, résoudre les problèmes. Je n’en crois pas un mot. Cette loi ne mobilise pas les acteurs de santé mais elle les décourage. Comment peut-on espérer que le tiers-payant généralisé aura pour conséquence une diminution des dépenses de santé ? C’est tout le contraire qui se produira assurément !

 

Face à cela, la Cour des comptes esquisse des pistes d’économie visant notamment les infirmiers libéraux.

 

Je ne partage pas non plus cette vision qui fait fi du rôle essentiel de cette profession dans la prise en charge des personnes âgées ou de celles qui ont besoin de soins à domicile mais aussi des malades, de plus en plus nombreux, sortis précocement de l’hôpital. Cette vision oublie totalement le dévouement de ces professionnels qui souvent dépassent largement le nombre de visites à domicile que celui qui leur est remboursé par la Sécurité Sociale, afin de respecter la dignité de ces personnes.

 

La situation des comptes de la Sécurité Sociale est difficile, c’est vrai. Nous avons à trouver des solutions de fond dans un contexte financier très contraint, c’est vrai aussi. Mais plus nous avançons, plus je me rends compte, quand nous travaillons sur les prévisions de la Cour des comptes, que les mesures que nous proposons sont rarement suivies d’effets.

 

C’est profondément regrettable et c’est à cela que nous devrions ensemble, au-delà de nos différences politiques, nous attacher.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload