Question d’actualité : j'interpelle le Premier Ministre sur la crise agricole

22/07/2015

Face à la situation de blocage que connait l’agriculture actuellement, j’ai interrogé le Premier Ministre sur sa volonté de répondre aux questions simples et de bon sens que nous pose tous les jours la profession. Les agriculteurs veulent vivre de leur travail. Pourquoi leurs produits sont-ils vendus moins cher que ce qu’ils leur coutent ? Entre le prix d’achat et le prix de vente au consommateur, que se passe-t-il ? Où passe l’argent ? À toutes ces questions le gouvernement continue de refuser de répondre.

Après beaucoup de désintérêt et de désinvolture, alors que la maison brule, le gouvernement nous annonce 24 mesures pour éteindre le feu.

 

24 mesures financières qui ne répondent en rien à la crise structurelle que connait notre agriculture. Que valent 1000 euros d’aide financière quand une exploitation laitière en perd 4000 tous les mois ? Des mesures financières qui vont certes soulager la trésorerie des agriculteurs dans les semaines à venir mais qui ne feront que reporter leurs charges.

Des mesures financières certes mais quelle volonté de reconquérir des marchés extérieurs pour redonner de la compétitivité à notre agriculture ?


Aucune mesure de simplification des normes alors qu’il aurait fallu décider d’un véritable moratoire pour soulager la situation des exploitations, aucune mesure susceptible d’améliorer les marges des agriculteurs.

 

À toutes ces questions le Ministre a refusé de répondre aux cours de la séance des questions d’actualité, se contentant de botter en touche en réfutant le terme de dédain dont je l’ai effectivement accusé. Mais n’est-ce pas du dédain que de refuser d’aller rencontrer les agriculteurs qui manifestent depuis plus de 48 heures et réclament sa présence auprès d’eux ? Il aura fallu attendre l’ordre du Premier Ministre pour qu’il s’y rende.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload