Mon point de vue sur le vote de la loi relative au « mariage pour tous »

27/04/2013

L’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi ouvrant la possibilité de se marier et d’adopter aux couples de même sexe. C’est pour moi un projet qui divise profondément les Français alors que le rôle du Président de la République devrait être de tout faire pour les rassembler dans un contexte économique et social très tendu, dans un contexte où la vie quotidienne et notamment celle des plus faibles devient de plus en plus difficile.

J’ai personnellement participé par ma présence dans l’hémicycle à la totalité des débats, jours et nuits. J’ai expliqué au gouvernement combien beaucoup de nos concitoyens, attachés à la notion de mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, pouvaient être heurtés par cette possibilité donnée aux couples de même sexe de se marier.

Choqués aussi par la négation de ce droit fondamental de chaque enfant d’avoir un père et une mère. Sous prétexte de vouloir créer une égalité pour les adultes, égalité que la plupart ne réclament pas, nous créons une inégalité pour les enfants et c’est surtout à eux que je veux penser.

À chaque fois que j’ai pu m’exprimer, j’ai tenté de défendre ce en quoi je crois sans excès de paroles, sans violence verbale. J’ai tout simplement voulu porter la voix de ces milliers de Français qui partagent mes convictions, porter la voix de tous ceux qui n’admettent pas que nous touchions à certains aspects fondamentaux de notre société sans en mesurer les conséquences.

Je l’ai dit aussi à plusieurs reprises dans mes interventions et je le réaffirme : je suis républicain et, une fois la loi votée, en tant qu’adjoint au maire, je l’appliquerai parce qu’elle devient alors une loi de la République. Cette position est un des fondements de notre démocratie. J’appartiens à un parti de gouvernement, à une opposition qui aspire à redevenir majoritaire et, dans cet esprit, je respecterai toujours les institutions de notre République, le rôle de notre Parlement, celui du parlementaire que je suis.

De ces 136 heures de débats, je retiendrai certes des moments d’histoire auxquels j’aurai participé même si je ne partage pas leur fondement. Je retiendrai aussi un extrême mépris du pouvoir socialiste et de sa majorité à l’égard de ceux qui ne pensent pas comme eux, mépris qui n’a fait qu’attiser une violence verbale ou physique et que je ne cautionne pas.

Je retiendrai aussi que notre parti, l’Union pour un Mouvement Populaire, doit mieux tenir compte de la diversité de notre société française, diversité religieuse, diversité d’origine, diversité d’orientation sexuelle aussi.

Ce sont des hommes et des femmes à qui nous avons à faire et nous devons prendre en compte dans toutes nos politiques, sans rien céder de nos convictions, cette diversité qui fait la richesse de notre nation, celle que nous aimons, la France.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload